Alain Dornier2021-07-21T10:04:19+00:00

Alain DORNIER

Vincent Leperre Festival Photographique Roquebrune

Photographe autodidacte, j’ai tenu mon premier appareil photo à l’âge de dix ans, puis, quelques années plus tard, j’ai investi mon argent de poche dans un boitier réflex. Je n’ai cessé depuis de photographier les personnes qui m’entouraient.

Bien des domaines de la photographie m’intéressent : les paysages chargés, la proxi-photo onirique, le graphisme, l’insolite. La plupart du temps, j’accorde une certaine importance au post traitement qui permet de laisser libre court à l’imaginaire.

Bien que l’ayant toujours pratiqué, je suis aujourd’hui de plus en plus attiré par l’image dite « sociale » : photo de rue, portraits in situ ou en studio…

J’aime l’émotion partagée d’une bonne photo, d’un sourire ou d’un regard capté.

Je participe régulièrement aux évènements locaux tels que concours et marathons photos, pour lesquels j’ai eu le plaisir d’être plusieurs fois sur le podium (Mouans Sartoux, PhotoMenton ; St Laurent du Var ; St Sauveur sur Tinée, Nice Conseil d’architecture ; Nice concours Photon…). C’est aussi l’occasion de rencontrer d’autres passionnés et d’échanger.

Je présente mon travail au public pour la première fois en 2019/2020 lors d’expositions collectives.

Exposition


Exposition : «Portraits Paysans»

À mi-chemin entre une volonté de témoignage et une démarche artistique, j’ai  réalisé une série de portraits photographiques sur les dix paysans de ma commune (La Tour, vallée de la Tinée, Alpes-Maritimes).

J’ai souhaité leur rendre hommage, dans la diversité de leur origines, de leurs productions, de leurs approches – traditionnelles ou plus novatrices – et j’ai cherché à capturer en un instant la personnalité de chacun.

Le projet a débuté à l’automne 2015 et a évolué peu à peu pour être finalisé au printemps 2019. Ce qui était au départ une simple « galerie de portraits » s’est mué en une dizaine de « mini séries » racontant des histoires au travers de triptyques.

L’image de gauche constitue le portrait. L’image centrale est un focus sur le premier outil du paysan : ses mains. Elle fait le lien entre la personne et son travail, qu’on peut découvrir sur la dernière image. Mon intention était de donner à lire les triptyques aussi bien individuellement que dans la cohérence de l’ensemble de la série.

Je remercie les dix acteurs de cette série pour leur accueil chaleureux et leur soutien.

Je remercie également toutes les personnes qui ont bien voulu examiner mon travail et me faire part de leurs suggestions.

J’espère que vous prendrez autant de plaisir à parcourir ce projet que j’en ai eu à le réaliser.

    

Alain Dornier Festival Photographique Roquebrune
Alain Dornier Festival Photographique Roquebrune
Alain Dornier Festival Photographique Roquebrune
Alain Dornier Festival Photographique Roquebrune
Alain Dornier Festival Photographique Roquebrune