Michel CAVALIER2019-04-02T12:58:54+00:00

Michel CAVALIER

Michel CAVALIER Festival Photographique Roquebrune

Un peu de mon histoire…

Ma passion pour la photographie se révéla au début des années 90 au cours d’un raid à moto, de plusieurs mois, du midi de la France jusqu’à Bombay en Inde. Les émotions ressenties auprès des populations rencontrées et d’une nature grandiose m’ont définitivement convaincu d’en faire partager la beauté. Longtemps (trop !), salarié d’une entreprise, ce travail  » alimentaire  » m’a cependant permis pendant plusieurs années de pouvoir assouvir ma passion du voyage et d’aiguiser mon regard photographique.

Les années s’écoulent, la photographie n’est qu’un hobby, mais quelques prix et photos primées à de prestigieux concours comme le Festival de la photo Animalière et de Nature de Montier-en-Der, Terre Sauvage, le Festival de l’Oiseau et de la Nature, m’apportent une légitimité qui m’incitera à envisager un chemin de vie, en accord avec ma personnalité.

Il y a près de trois ans, à plus de 50 ans, le simple hobby est devenu une profession. Certes, j’ouvre depuis plus de boîtes de sardines…

Exposition


Exposition : «Aubrac, le temps du silence »
Chapelle Saint-Michel

Aubrac ! Un nom qui claque sous la langue comme un étendard dans la tempête, synonyme de vaste étendue et de ciel démesuré. De sa forte personnalité en toutes saisons, se dégage une impression d’immensité. Au cœur de l’hiver, drapé dans un linceul glacial, ce désert blanc procure un fort sentiment d’ailleurs.

C’est sans aucun doute pendant la saison froide, quand la neige et le brouillard recouvrent ces espaces que la magie opère. Par mauvais temps, le relief devient une esquisse. Une toile blanche couverte de quelques touches du gris granite des burons, des troncs cendrés des hêtraies ou du noir des pierres de basalte. L’impression d’évoluer dans un univers nébuleux, aseptisé où le temps fait une pause. La nature et les hommes engourdis par le gel, retiennent leur souffle. Le silence règne en maître sur les landes et tourbières, dans un dénuement propice à la méditation.

Cette saison apporte un silence que beaucoup de citadins auraient peine à entendre ! Julien Gracq y écrit « images d’un dépouillement presque spiritualisé du paysage, qui mêlent indissolublement, à l’usage du promeneur, sentiment d’altitude et sentiment d’élévation ».

Michel CAVALIER Festival Photographique Roquebrune
Michel CAVALIER Festival Photographique Roquebrune
Michel CAVALIER Festival Photographique Roquebrune

Liens


    Vous pouvez suivre mon travail photographique sur :    

Mon site internet : www.michel-cavalier.fr